Meknès : La ville traditionnelle et le terre des merveilles

Meknès : La ville traditionnelle et le terre des merveilles

La ville Ismaïlienne, dont la beauté n’a d’égal que sa glorieuse histoire, est naturellement favorisée par la diversité de ses atouts géographiques. Meknès, point de passage obligatoire entre les plaines atlantiques et les hauts plateaux de l’Oriental, entre le Moyen Atlas Septentrional et les collines pré-ri-faines, profite de toute la splendeur du contraste naturel.

Cité impériale du Maroc, Meknès, dont la médina est classée patrimoine universel de l’humanité, enveloppe de sa féerie ses visiteurs. Un séjour dans ses murs laisse un souvenir inoubliable où se mêlent grandeur historique, douceur de vivre et saveurs authentiques.

Meknès charme par ses larges remparts, ses imposants palais, ses casbahs, ses mosquées, ses médersas, ses jardins, ses bassins d’eau et ses musées. La richesse architecturale de Meknès exprime la grandeur d’un chef d’œuvre accompli pour les amoureux de l’histoire.

La région de Meknès représente le verger du Royaume par la saveur de ses fruits. Sa terre fertile donne les meilleurs vignobles et les meilleures oliveraies. Mais c’est également le pays de la montagne, des sources minérales et des forêts de cèdres et de chênes verts. Partir à la découverte de Meknès et de ses richesses est sans doute l’une des plus belles évasions.

Au cœur de la cité impériale :

Meknès la Somptueuse : Meknès la SomptueuseTraversée par l’oued Boufekrane, deux mondes se toisent pour se raconter l’histoire de Meknès. Bab Mansour et Bab Berdaine, ces portes qui s’ouvrent sur des merveilles, font de Meknès «la capitale aux belles portes».

Bab Mansour : «la magnifie» description qu’en a fait Pierre Loti se passe de commentaire: «Des rosaces, des étoiles, des emmêlements sans fi, des lignes brisées, des combinaisons géométriques inimaginables qui déroutent les yeux comme un jeu de casse-tête mais qui témoignent toujours le goût le plus exercé et le plus original ont été accumulés là, avec des myriades de petites morceaux de terre vernissée, tantôt en creux, tantôt en relief de façon à donner de loin cette illusion d’une étoffe brochée et rebrochée, chatoyante, miroitante, sans prix, qu’on aurait tendue sur ces vielles pierres pour rompre un peu l’ennui de ces hauts remparts».



Bab Berdaine : a joué un rôle important dans l’économie de Meknès, concentrant sur elle tous les échanges tant commerciaux
que diplomatiques avec le nord et donc avec l’étranger, et on conçoit que Moulay Ismaïl ait doté cette entrée de la Médina d’une porte digne des quartiers royaux.

Heri Souani : date de l’époque de Moulay Ismaïl, est appelé à tort «grenier» ou «écurie» de Moulay Ismaïl. La légende rapporte que le bâtiment contenait jusqu’à 12000 chevaux. De proportion colossale, il se compose de 23 nefs portées par des piliers et des arches. C’était également un lieu de stockage des denrées alimentaires, constitué de 10 salles et de puits avec norias. Les puits servaient à alimenter le bâtiment et le bassin, grand réservoir d’eau d’où le nom de «Dar El Ma».

Le Bassin de l’Agdal : gigantesque réserve d’eau, irriguait le harem et les jardins. Avec ses 4 hectares de superficie alimentés par des canalisations souterraines sur plusieurs kilomètres, il constituait une réserve d’eau potable.

Le mausolée Moulay Ismaïl : Construit en 1703, est l’un des rares monuments religieux ouvert aux non musulmans. Une enfilade de patios conduit à la cour aux ablutions entourée d’une colonnade. La salle du mausolée est séparée en deux parties, l’une profane, l’autre sacrée. A droite, se situent les tombeaux royaux : Moulay Smaïl y repose entouré des membres de sa famille. Non loin de là, le Pavillon des Ambassadeurs où Moulay Ismaïl recevait les délégations. Un édifie parfaitement conservé où zelliges, stuc sculpté, toit de tuiles vernissées vertes traduisent le savoir faire de l’époque.

La prison de Qara ou les Silos Souterrains : Le bâtiment souterrain fut vraisemblablement conçu et utilisé comme un espace de stockage du grain. Une légende persistante le présente comme une gigantesque prison. Celle-ci aurait été réalisée par un captif portugais auquel Moulay Ismaïl aurait promis la liberté s’il parvenait à construire
une geôle contenant 40.000 personnes. On y accède par un escalier aux marches irrégulières qui s’enfoncent dans le sol. Un vaste espace voûté s’ouvre devant vous, faiblement éclairé par de petites ouvertures pratiquées dans le plafond. Une partie seulement des salles est ouverte au public. Les souterrains originels atteindraient 7 km de long.

Vous avez surement aimé notre article, partagez le avec vos amis, n’oubliez pas aussi de vous inscrire dans notre newsletter pour recevoir nos actualités.

Nous vous suggérons aussi de lire:

Quick Options
Documentation Video Tutorials Purchase Now

Color Scheme

Homepages Demo